0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

263 ans pour nommer une femme !

Estelle Pagès à la tête de l’école des Beaux-Arts. Cette nomination vient d’être annoncée par deux communiqués municipaux concurrents. Gérard et Georges.

Deux hommes qui se battent pour une femme. Classique. Mais là c’est assez drôle. 

Deux communiqués de la mairie de Lyon sont tombés ce mardi en fin de matinée 

11h25 très précisément. 

Légèrement en tête, Gérard Collomb, le maire, qui annonce la nomination d’une femme à la direction de l’École des Beaux-Arts. Suivi quelques secondes plus tard de Georges Képénépian, l’ex-maire rétrogradé il y a quelques mois premier adjoint qui annonce lui aussi cette nomination. 

Visiblement le premier ne parle plus au second. Logique car ils devraient être tous les deux candidats au même fauteuil aux prochaines municipales.

Deux communiqués d’une vingtaine de lignes chacun où l’un et l’autre ne citent évidemment pas le nom de son concurrent. Mais qui, en gros, disent la même chose. A croire qu’un seul rédacteur municipal a rédigé l’ensemble de cette prose ! 

Quelques variantes quand même. Collomb souligne dès les premières lignes que c’est «la première fois qu’une femme prend la tête de l’établissement depuis sa création en 1756» Bien vu car les femmes ont aujourd’hui le droit de vote. On voit que l’animal a du métier.

Un détail au passage qui le confirme : Collomb parle des Beaux-Arts alors que Képénékian parle de l’ENSBA, même chose mais que seuls les initiés peuvent décrypter !

Plus amateur, Képénékian, annonce d’entrée de jeu que c’est lui qui a «décidé de nommer» Estelle Pagès. Histoire de bien affirmer son autorité. Mais le reste est plus factuel en retraçant la carrière de cette femme et les grandes lignes de sa feuille de route. Avec photo. Alors que son chef lui est plus politique, sans photo, en vantant «la dynamique impulsée par son prédécesseur», donc par lui, tout en se proclamant «attaché»  aux «pratiques amateurs» initiées et gérées par les Beaux-Arts et qui sont justement dans le collimateur municipal. La faute à Képé ? On n’ira pas aussi loin pour éviter de jeter de l’huile sur le feu !

En revanche, voici l’intégralité des deux communiqués qui permettront, accessoirement, de découvrir qui est cette Estelle Pagès que se dispute les deux principaux personnages de la Ville. Il aura fallu 263 ans pour féminiser la tête de cette école ! Mais les hommes continuent à montrer leurs muscles.

 

Kim Konguette



Estelle Pagès et Gérard Collomb

«Estelle Pagès vient d’être nommée directrice de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon. Elle prendra ses fonctions à la rentrée universitaire 2019. C’est la première fois qu’une femme prend la tête de l’établissement depuis sa création en 1756. Elle succède à Emmanuel Tibloux, en poste depuis 2011, et qui a pris la direction de l’école nationale supérieure des arts décoratifs à Paris (EnsAD).

Gérard Collomb, Maire de Lyon, se félicite de cette nomination : «Estelle Pagès saura poursuivre la dynamique impulsée par son prédécesseur Emmanuel Tibloux. Son profil d’historienne de l’art et son expérience à la Haute école d’art du Rhin Mulhouse - Strasbourg est un gage de sérieux, de créativité et d’excellence pour les étudiants et les enseignants de notre école supérieure d’art. Son projet entend renforcer les liens avec les Nouvelles Subsistances, dont l’école partage le site, en développant des projets en complémentarité, tout en ouvrant davantage l’ENSBA à des collaborations internationales ».
Conçue comme un laboratoire de recherche et d’expérimentation, l’ENSBA propose des cursus d’enseignement supérieur sur les principales disciplines artistiques. Elle a vocation à former des artistes, des designers et des créateurs, en coopération avec des établissements français ou étrangers. L’école accueille 350 étudiants dans les cursus diplômants, 60 étudiants en classes préparatoires aux établissements d’enseignement artistique supérieur ainsi que 800 personnes inscrites dans l’offre de pratiques artistiques amateurs, à laquelle la Ville de Lyon est attachée».



Estelle Pagès et Georges Képénékian

«Georges Képénékian, Président de l’EPCC de l’ENSBA Lyon, Premier adjoint au Maire de Lyon, a décidé de nommer Estelle Pagès comme directrice de l’ENSBA Lyon.

Elle prendra ses fonctions à la rentrée universitaire 2019, pour un mandat de cinq ans.

Estelle Pagès est depuis 2012 directrice adjointe- directrice des études de la HEAR – Haute école d’art du Rhin Mulhouse - Strasbourg.

Historienne de l’art, son parcours professionnel l’a mené de la gestion des collections privées, de l’enseignement de l’histoire de l’art en école supérieure d’art et à l’université, au commissariat d’exposition et à la critique d’art. Elle est membre de l’AICA (Association Internationale des Critiques d’Art en  France depuis 1998).

Elle a dirigé les ARCADES à Issy les Moulineaux (Atelier de recherche de création et d’enseignement supérieur) pendant 7 ans, où elle a créé une classe préparatoire aux écoles supérieures d’art. Elle est membre fondateur de l’APPEA (Association nationale des prépas publiques aux écoles supérieures d’art).

Son projet pour l’ENSBA Lyon entend placer l’établissement comme un véritable acteur culturel, artistique et scientifique singulier tant au niveau territorial, national qu’international.

La dimension partenariale sera renforcée notamment avec l’Association des Nouvelles Subsistances, le CNSMD, l’Université de Lyon, l’ENSATT, les écoles supérieures d’art de la Région Auvergne Rhône Alpes au travers d’actions communes en lien avec l’ADERA et l’ensemble des lieux de diffusion de l’art contemporain sur le territoire.

Le projet d’établissement est résolument collaboratif pour une école ouverte sur le monde qui fait de la diversité et de l’hospitalité un atout».