0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

«C’est nous qu’on l’a brulée !»

Le film de l’insoumis François Ruffin sur les Gilets Jaunes raconte les ronds-points. A chaud. Emouvant parfois, souvent drôle. Mais trop militant.

Une salle vide. Heureusement, deux femmes entrent quelques secondes avant le début de la projection de «J’veux du soleil».  Après le succès de «Merci Patron! », François Ruffin, député de la France Insoumise, récidive avec, cette fois, le réalisateur Gilles Perret qui s’est distingué par un documentaire à la gloire de Jean-Luc Mélanchon. Mais visiblement, ça ne sera pas un triomphe !

Après avoir fait réviser sa Berlingo, Ruffin part à la rencontre des Gilets Jaunes. De la Picardie à Montpellier. Mais dès le générique, il donne ton avec des vidéos de violences policières, de journalistes critiquant le mouvement et de manifestations pacifiques, bien sûr. 

Cet élu réputé pour ses coups de gueule explique voir pris sa décision après les évènements du 17 novembre. Pour vérifier lui-même, sur le terrain, si ce mouvement est «facho» ou pas.

À travers ce périple, le duo va rencontrer des centaines de révoltés sur les ronds-points. Et les faire parler. Ils vont également aller dormir chez eux. Et parfois les accompagner, les aider même. Notamment au cours d’un barrage d’une autoroute. 

«C’est nous qu’on l’a brulée !», fanfaronne un gilet face caméra, à propos d’une cabane en cendres.

Le parti-pris est clair, un peu trop. On a même l’impression que certaines scènes sont jouées. Notamment quand Khaled affirme qu’il n’a jamais subi la moindre remarque raciste au cours des manifs. «On est une famille», répète tout le monde en choeur. Ou quand cet employé d’une pizzeria affirme ne pas avoir mangé depuis trois jours. Mais la scène suivante, il invite les réalisateurs dans son joli pavillon tout en évoquant ses difficultés financières. 

En plus, Ruffin n’hésite pas à se mettre en scène. Et se poser comme le défenseur du peuple. En bastonnant évidemment Macron, les riches, les médias, les élites…

Le film se termine sur une scène émouvante. Une mère de famille au bord des larmes qui ne peut plus payer sa facture d’électricité et qui chante «J’veux du soleil». 

Un documentaire parfois touchant, parfois drôle, mais souvent involontairement. 

Benoit Bouby

«J’veux du soleil !» documentaire de  François Ruffin et Gilles Perret avec des Gilets Jaunes. Durée : 1h15.