0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

«Ça va mal finir…»

«The dead don't die», le film d’ouverture du Festival de Cannes, a remporté un beau succès à Lyon où il était projeté dans plusieurs salles. L’équipe de mytoc.fr était là, évidemment.

Deux policiers dans leur voiture, l’air perplexe. Ronny, grand, brun, lunettes ridicules, et Cliff vieux shérif dépressif. Ils scrutent le ciel, étonnés : «Il ne devrait pas faire nuit à cette heure ?». A la radio, une journaliste explique que des phénomènes inquiétants sont signalés partout dans le monde. Et déjà, les experts s’en mêlent : l’axe de rotation de la terre aurait dévié suite à «une fracture polaire».

Mais la vie continue à «Centerville». Petite bourgade perdue au milieu des forêts de l’Est des Etats-Unis. Son commissariat et sa prison, son restaurant «diner», son motel, son cimetière… Et ses fermes. Pour incarner cette Amérique profonde, un festival de personnages ordinaires. A commencer par ce shérif «café-donuts» et son jeune adjoint benêt. Mais aussi la serveuse nunuche, le geek psychopathe, le beauf bedonnant, le gentil black et le méchant raciste… On a même droit à une petite bande de hipsters «from the big city» en road-trip dans leur grosse Pontiac vintage. Un vrai bestiaire qui joue à fond la caricature. Avec des scènes très drôles. Notamment quand les deux «cops» ahuris découvrent le corps des premières victimes en émettant des hypothèses. 

Mais ça dégénère lorsque la nuit tombe : les zombies envahissent les rues en massacrant tous ceux qui croisent leur chemin. Corps en décomposition et désarticulés qui titubent à la recherche de proies en répétant leur obsession : wifi, xanax, coffee, chardonnay… Face aux policiers impuissants qui désespèrent : «Ça va mal finir…». 

Pas de héros chez Jarmusch. A part peut être ces quelques figures qui se distinguent dans cette grande foire de morts vivants : Tilda Swinton, magique en samouraï à l’accent écossais qui décapite des zombies à coup de sabre, mais également ce mystérieux ermite caché dans la forêt qui se réjouit de voir s’entretuer tous ces «matérialistes» qui ont «vendus leurs âmes». Sans oublier une bande d’ados enfermés dans un centre pour délinquants juvéniles qui parviennent à s’échapper. Marginaux. Les seuls à ne pas tomber dans le piège.

Un drôle de film qui exige de se laisser entrainer dans l’univers de ce réalisateur, entre délire et satire. Mais qu’il faut d’abord voir comme une comédie, avec en vedette ce duo de policiers idiots. Irrésistible ! 

Agathe Archambault

«The dead don't die» de Jim Jarmusch, avec Bill Murray, Adam Driver, Chloe Sevigny, Tilda Swinton, Tom Waits, ... Au Comoedia jusqu'au 21 mai