0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

«Bells and Spells» aux Célestins. Un spectacle insolite entre cirque et music-hall. Avec deux artistes vifs et drôles dans un jeu de cache-cache étonnant.

Chaplin évidement !

Rideau noir. Une lucarne lumineuse à gauche de la scène. Vue sur une salle d’attente, avec trois patients immobiles. Une porte qui s’ouvre, un quatrième patient rejoint la petite troupe. Une sonnerie. L’un d’entre eux s’éclipse. Et un autre rentre. On se lève, tourne et se décale pour lui laisser une place assise. Et tout le monde se rassoit. Joli ballet !
Bref, on le sent tout de suite, ce «Bells and Spells» va jouer dans un registre assez décalé. Entre l’insolite et l’absurde. Souligné par un décor très kitch. Tapisserie à fleurs, tableaux colorés, boiseries peintes… Un ventilateur suspendu. Les fauteuils s’en mêlent. Nouveau ballet. Une vieille femme style sorcière gesticule. Et se débarrasse de ses oripeaux pour se métamorphoser en princesse, longue robe, strass et paillettes. Un officier en uniforme rouge et bleu surgit. Il empare de la belle pour l’entrainer dans une sorte de valse-tango ponctuée de claquette. Puis tout à coup, les murs et les meubles disparaissent dans l’ombre. On se retrouve dans l’intimité un petit boudoir rouge avec fauteuil et table basse. Et c’est partie pour un nouveau sketch.
Pas vraiment du cirque. Plutôt du music-hall. Un grand jeu d’apparitions et disparitions avec, au centre, toujours ce couple muet : une grande blonde voleuse, menteuse et trompeuse qui rayonne et un petit brun servile dans son ombre, tous deux très agiles, souples et vifs. Drôles souvent, surprenants même. Escortés par trois fantômes qui manipulent les costumes et les décors.
Pendant à peine plus d’une heure, le duo va passer d’un registre à l’autre : marionnettistes, voltigeurs, clowns, magiciens… Une série de tableaux souvent brefs qui s’enchainent à un rythme soutenu. Avec quelques moments forts. Comme cette forêt de portes manteaux qui, une nuit d’orage, se métamorphose en monstre mécanique. Ou encore cet étendage de draps blancs où les deux acrobates vont réaliser une incroyable performance.
Le tout mis en scène par la petite fille de Charlie Chaplin, Victoria qui met en scène Aurélia sa propre fille. Evidement !

«Bells and Spells» de Victoria Thierrée Chaplin avec Aurélia Thierrée et Jaome Martinez. Durée 1h10. Jusqu’au 30 décembre aux Théatre des Célestins.