0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Delerm, intime et universel

Vincent Delerm vient de sortir un nouvel album, «Panorama». Des musiques très cinématographiques qui ressemblent à la bande originale de sa vie.

Et si, depuis le début de sa carrière, Vincent Delerm était plus intéressé par le cinéma que par la chanson ? Révélé au début des années 2000 avec des titres piano-voix construits comme de petits scénarii, l’artiste explore depuis quelques albums un univers musical très cinématographique. «Panorama», son nouvel opus, creuse à nouveau ce sillon. Après avoir souvent cité Truffaut ou Trintignant par le passé, il propose désormais des musiques qu’on pourrait parfaitement retrouver dans des films de Claude Sautet ou Agnès Varda, à qui il consacre d’ailleurs une très belle chanson. 

Delerm cherche constamment à se réinventer. Pour ce dernier album, il s’est lancé un défi : faire appel à dix musiciens pour signer les arrangements de chacun des morceaux. Peter Van Poehl, Keren Ann ou Yaël Naïm. Tous ont su se glisser dans son univers pour réussir un album cohérent et abouti.
A partir de ces musiques, le chanteur a ensuite écrit les textes, très personnels. Il évoque son fils aîné dans «Fernando De Noronha», son plaisir de lire Raymond Carver, ou parfois son sentiment de solitude. En explorant l’intime, Vincent Delerm signe des chansons universelles.
L’expérience se poursuit sur grand écran. Un documentaire, «Je ne sais pas si c’est tout le monde», accompagne la sortie de «Panorama». Des confidences d’anonymes et de stars comme Alain Souchon ou Aloïse Sauvage, qui évoquent le temps qui passe, la mémoire… L’occasion aussi de revoir Jean Rochefort à l’écran. Peu avant sa mort, l’acteur avait réservé sa dernière apparition face caméra à son ami Vincent Delerm. Emotions garanties !