0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

«En amont», une belle Victoire posthume

Les récentes Victoires de la Musique ont décerné une 13e récompense à Alain Bashung pour son album posthume, «En amont». Une distinction qui consacre un disque élégant et puissant. La chronique de Cyrille Pac, «Eclaireur de la Culture» pour mytoc.fr

Ce qui frappe, tout d'abord, c'est la voix. Posthume mais si vivante, puissante et pure. Immortelle, comme le titre qui ouvre le 16e album d'Alain Bashung, «Immortels».
Paru 10 ans après sa mort, «En amont» rappelle que l’artiste a toujours emprunté des voies singulières pour mieux exprimer la sienne. Se sachant condamné par ce putain de cancer qui le rongeait, il a consacré son dernier souffle à poser sa voix sur des maquettes. «Bébé, il y a plein de choses à sortir, il faudra s'en occuper», avait-il glissé à son épouse, Chloé Mons, avant de mourir.
Sa dernière compagne a donc attendu de faire son deuil avant de s'atteler à la tâche. Et d'appeler à la rescousse Edith Fambuena, la productrice et musicienne qui avait ciselé «Fantaisie militaire» en 1998, ce chef d'oeuvre pop-rock de Bashung. Pour restituer les chansons posthumes et conserver leur pureté, Fambuena a retenu l’essentiel de cet art «bashungien» : la voix, les mots polis à l'extrême et le son blues-rock de son enfance.
Si huit auteurs se sont succédés au chevet du chanteur, de Dominique A à Raphaël, en passant par Armand Méliès, l'album présente une belle cohérence. Qu’il s’agisse de portraits de femmes, «Ma peau va te plaire», «Elle me dit les mêmes mots », ou d’amour «La mariée des roseaux», dédiée à son épouse, de voyage «Montevideo» ou de mélancolie désenchantée «Seul le chien»… Les onze titres constituent un adieu parfait pour ce chanteur délicat et élégant. Folk, blues et rock, ils consignent aussi les références de cet artiste jusqu’au sublime avec «Nos âmes à l’abri» qui clôt ce dernier opus.
«En amont» est l’ultime pierre musicale d’un monument de la chanson française. Le jury des dernières Victoires de la Musique ne s'est pas trompé en lui décernant la récompense du meilleur album de chansons.

Cyrille Pac, "Eclaireur de la Culture"