0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

«Etre passeur d’auteurs»

Tribune. Elle a joué plus d'une centaine de spectacles. Aujourd’hui, Chris Sahm se glisse dans la peau de Suzanne, une secrétaire de direction qui voit son poste menacé.
A l’Espace 44.

«Prendre un texte littéraire à bras le corps et le restituer sur scène. C’est ce qui m'a toujours passionné. Et j’ai eu un véritable coup de coeur pour le roman de Lydie Salvayre, «La vie commune», publié en 1991 aux éditions Julliard. Une auteure qui n’écrit pas de pièce mais qui est souvent adaptée au théâtre. J’aime son style, son rythme, sa façon d’être concrète, précise… Elle choisit toujours les mots justes. Avec un vocabulaire d’une richesse incroyable, pointu mais toujours compréhensible. Pour une comédienne, c’est un régal ! 
Cette histoire met en scène Suzanne. Secrétaire de direction dans une agence de publicité depuis plus de 32 ans, elle travaille au service de monsieur Meyer. A première vue, elle n’inspire pas la sympathie. Trop rigide. Mais on est vite happé par ce personnage dévoué. Surtout qu’elle doit faire face, depuis quelques jours, à l’arrivée d’une nouvelle secrétaire, plus jeune évidemment. Elle se sent en danger. Et l’exaspération monte. 
Une pièce incisive sur le patronat paternaliste et nos petites méchancetés quotidiennes. Avec des passages très subtils au cours desquels on rit beaucoup.
Plus je lisais ce texte, plus j’avais envie de le présenter dans une version intimiste, pour m’adresser directement aux spectateurs. C’est pour ça que je le joue depuis trois ans en appartement mais aussi dans des bibliothèques. Il sera présenté pour la première fois dans un théâtre sur la scène de l’Espace 44. 
Je n’ai pas touché le moindre mot au roman de Lydie Salvayre. En veillant à la cohérence du récit, j’ai coupé quelques passages. Ce qui nécessite un gros travail d’adaptation.  
Mon bonheur est d’être passeur d’auteurs. Après avoir mené mes créations pendant plus de 20 ans et parfois écrit mes propres textes, je continue à faire vivre ceux des autres. Un travail presque militant pour faire découvrir des écrivains, les faire entendre, notamment aux jeunes. Un public qui, à première vue, ne lirait pas ce genre de livre mais qu’on arrive à capter grâce au théâtre». 
 
Chris Sahm

«Ma petite Suzanne», texte de Lydie Salvayre, adapté et joué par Chris Sahm. Durée : 1h05. Du 12 au 17 mars à l’Espace 44.