0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Une quarantaine de stars du cinéma pour l’ouverture de cette dixième édition du Festival Lumière. Avec Jean-Paul Belmondo et Richard Anconina aux côtés du réalisateur français.

Festival Lumière Lelouch à l’honneur

Dixième édition. Et toujours la même magie quand les stars font leur apparition devant les 5 000 spectateurs de la Halle Tony Garnier. En tête Laurent Gerra, membre fondateur du Festival Lumière. Suivi par Michèle Laroque, très applaudie. Une quarantaine d’artistes défilent sous les flashs des photographes : Julie Ferrier en décolleté ultra plongeant, Monica Bellucci dans une longue robe noire moulante, Vincent Lindon toujours l’air furieux, Robert Hossein un peu vouté, Jean Dujardin moustachu, le réalisateur lyonnais Christian Carion, l’Iranien Asghar Farhadi, Stéphane De Groodt, Raphaël Personnaz, Guillermo Del Toro, Hippolyte Girardot, Elsa Zylberstein, Jean-Pierre Jeunet, l’Espagnol Javier Bardem, Liv Ullmann… Avec en fond musical «Emmenez moi» de Charles Aznavour. Puis les trois vedettes de la soirée débarquent : Richard Anconina, tout sourire, Jean-Paul Belmondo appuyé sur sa canne et Claude Lelouch toujours vif, qui va fêter ses 81 ans. Standing ovation.
«On avait envie de cinéma français pour cette dixième édition. De quelqu’un qui fait partie de nos vies», explique Thierry Frémaux, directeur du Festival et de l’Institut Lumière, en invitant le réalisateur à le rejoindre sur scène. Tandis que Bertrand Tavernier salue la «passion dévorante pour le cinoche» de celui qui a tourné 53 films. «J’ai très vite compris que le chemin le plus court pour aller à mes rêves c’est le cinéma», lui répond Lelouch. Avant d’ajouter : «De film en film je m’amuse de plus en plus. J’ai une boulimie de cinéma et vous me poussez à être encore plus gourmand».
Puis Thierry Frémaux en profite pour évoquer son «rêve» : créer une cité du cinéma à Lyon en reconstruisant les anciennes usines Lumière juste à côté de l’Institut. Une véritable mise en scène. Le célèbre architecte italien Renzo Piano surgit, maquette en main, pour présenter son projet, pendant que Thierry Frémaux interpelle les politiques présents, dont la ministre de la Culture Françoise Nyssen. Avant de lancer un appel à «quelques milliardaires». Une séance filmée par Claude Lelouch lui-même pour «baptiser officiellement cette naissance».
2h30 durant lesquelles on a droit à des images bien sûr : les acrobates de la famille Kremo filmés par les frères Lumières, un clip retraçant les dix ans du festival… Accompagné par les anecdotes toujours très drôles de Bertrand Tavernier.
Temps fort de cette cérémonie, l’hommage vidéo de Clint Eastwood à Pierre Rissient. Et la minute d’applaudissement pour soutenir le combat d’Oleg Sentsov, réalisateur ukrainien condamné à 20 ans de prison.
Une soirée qui s’est conclue par la projection du fameux «Itinéraire d’un enfant gâté» avec le duo Anconia-Belmondo, dont la suite pourrait être tournée l’année prochaine.

Festival Lumière, du 13 au 21 octobre