0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Impressionnant et drôle

Un collectif de six danseurs dans les années troubles de la prohibition aux États-Unis. Un mélange de styles dans une ambiance mafia, alcool et règlements de compte.

Cinq danseurs entrent en file indienne sur la scène. Tous en costumes des années 30. Bordeaux, gris, rayés… Avec un chapeau ou un béret. Une mise en scène sobre qui embarque les spectateurs dans un voyage à travers le temps : un bar clandestin, bouteilles et une table ronde, lumière tamisée. Ils avancent discrètement lorsque que retenti une sirène. Police. Panique. Ils courent dans tous les sens. 

Le danger s’éloigne, musique. Chacun une bouteille à la main, ils dansent, ivres.

Une blonde au rouge à lèvres éclatant surgit, en robe à paillettes moulante et fendue. Sexy, elle avance langoureusement, monte sur la table et se met à chanter d’une voix de velours «Why don’t you do right ?», Jessica Rabbit, la femme fatale de Disney.

Le clan est sous le charme. Chacun tente alors de la séduire. Les tableaux s’enchainent et les styles aussi. Un tango en solo de la danseuse, un duo contemporain, puis charleston tous ensemble. Mais dominante hip-hop évidemment, avec des figures spectaculaires. Les danseurs virevoltent, tournent sur la tête et se défient. 

Un spectacle impressionnant, drôle et bien ficelé. Le public est debout pour applaudir cette belle performance.

Manon Benoiston

“Dance N’ Speak Easy” chorégraphié par Philippe Lafeuille et interprété par Arthur Grandjean, Jessie Perot, Claude Messi-Fouda, Ibrahim Njoya, Martin Thaï, Marcel Ndjeng.

Durée : 60 minutes. Jusqu’au 28 Juillet à Avignon. Au Toboggan à Décines le 11 novembre 2019 dans le cadre du Festival Karavel.