0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

La philo en lumière

Un festival de philosophie ! C’est le pari lancé par le Collège Supérieur. Avec une quinzaine d’événements gratuits, accessibles à tous.

«La fin des temps».

C’est le thème choisi par l’équipe du Collège Supérieur pour cette première édition de leur festival baptisé «La philosophie éclaire la ville». Trois jours d’animation, du 23 au 26 janvier prochain, à travers une quinzaine d’événements gratuits. Conférences, débats, banquets, causeries littéraires… Mais aussi concerts et projections de films. 

«Notre objectif est de faire sortir la philo de nos murs», explique Charlotte Roy, responsable de la communication et du développement. Grâce à un partenariat avec une dizaine de lieux : Bibliothèque Municipale de la Part Dieu, Musée des Beaux-Arts, Université Catholique… Mais aussi des librairies et des cinémas comme le Comoedia ou le Mourguet à Sainte Foy. 

Plusieurs intervenants sont déjà annoncés. Dominique Bourg, ex-président du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot, Vincent Delecroix, philosophe, et Olivier Rey, mathématicien-philosophe, vont tenter de répondre à la question «Fin du monde ou fin d’un monde». Gauthier Bès, fondateur de la revue Limite, va, quant à lui, proposer une conférence plus provoc : «Quels enfants allons nous laisser à notre monde». Et l’économiste Pierre-Yves Gomez va mettre en lien fin du monde et fin du mois.

Egalement au programme, une confrontation entre la littérature de Tolkien sur la fin des temps et la notion de chute dans l’oeuvre de Michel Houellebecq. Jean-Noël Dumont, le fondateur du Collège va s’en doute s’en mêler. Une question qui sera également traitée par Jean-Christophe Chauzy, auteur de bandes dessinées.

Sept films seront également projetés, dont «L’armée des douze singes». Une retrospective proposée et commentée par Fabien Boully, maître de conférence à Paris- Nanterre . 

Et pour conclure cette première édition, une note optimiste avec un concert dirigé par Philippe Fournier, «Le sacre du printemps».

Portrait de Michel Houellebecq réalisé par Antoine Neron-Bancel