0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Le Fort de Bron sans limite

La compagnie Bivouac ouvre la deuxième saison de Fort en Scènes avec «A corps perdus». Une performance associant cirque, danse et théâtre. Accompagnée d’une musique live.

«Une proposition artistique dans un lieu magique». 

Mourad Merzouki présente la soirée en réalisant lui même quelques figures de hip-hop. Puis un bref discours et le «diner-spectacle» commence au Fort de Bron.

Au milieu d’une clairière, la scène surplombée d’un trampoline, de mats chinois qui s’emmêlent et se démêlent, une plateforme circulaire en mouvement… 

Un homme vêtu de blanc et d’un impair beige entre sur scène. Il s’assoit au centre et commence à jouer du violoncelle. Un second artiste sort d’une cabine noire située à l’arrière, puis une femme court suivi d’autres circassiens. Deux femmes et 5 hommes, tous habillés dans des couleurs claires. 

Le violoncelliste s’éclipse pour s’installer sur une petite plateforme en hauteur. Pour mixer classique-électro en alternant ordinateur et violon. Du rythme et une ambiance céleste.

Les acrobates enchainent roues, saltos et autres figures. Ils se dévisagent, se défient. Tandis que deux artistes montent sur le trampoline, les autres entreprennent une danse acrobatique autour du mat tantôt vertical, oblique, statique, pendulaire...  

Les tableaux s’enchainent. Tous plus impressionnants les uns que les autres. Toujours à la  recherche des limites. De temps en temps, des murmures sur la musique. «Exister, espoir, chemin, changement, éclore...»

Une performance physique et technique à couper le souffle. Le public est conquis. Un début de festival très prometteur pour Fort en Scènes !

Manon Benoiston

«A corps perdus» de la compagnie Bivouac, mis en scène par Maryka Hassi. Avec Dani Torralbo Perez, Charlie Marey, Erwan Leguen, Benjamin Lissardy, Gaëtan Dubriont, Nhât-Nam Lê, Maureen Brown. Durée : 1h