0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

La mairie de Lyon vient d’annuler l’autorisation de tournage à l’Hôtel de Ville d’un film sur un homme politique à bout de souffle… Une décision qui assure la promotion de ce film !

Luchini interdit de Mairie

«Quand on fait un film sur des ambitieux, personnaliser ça n’a aucun intérêt…»
Fabrice Luchini joue parfaitement le rôle de l’étonné. Une de ses spécialités, d’ailleurs. Interviewé sur France 3, le comédien a l’air de savourer la farce : son film interdit de tournage à la suite d’une intervention personnelle de Gérard Collomb qui s’est reconnu dans cet élu sur le déclin…
Petit sourire espiègle aux coins des lèvres, regard surpris, sourcils dressés, il marque un silence avant de lâcher : «Par contre, photographier l’archétype de l’homme politique à un moment flottant… Là ça devient universel !».
Et il en rajoute, impitoyable : «Leur fonction ne leur permet pas des faiblesses du style, je suis au bout du rouleau, je suis déprimé… C’est impossible !». Encore un silence rigolard, puis il triomphe : «Mais là où ce film est à la fois radical, ambitieux et extrêmement séduisant c’est que c’est un film qui ose parler de la politique».
«Absolument pas du tout», répond quant à lui Nicolas Pariser, le réalisateur du film, quand on lui demande si le rôle de Luchini s’inspire de l’actuel ministre de l’Intérieur. Avant d’ajouter maladroitement : «C‘est la fonction qui m’intéressait, pas du tout le personnage», en précisant qu’il ne le connaissait pas l’ancien maire de Lyon avant qu’il devienne ministre.
Bref, un vrai boulevard. D’autant plus que la plupart des médias se sont emparés du sujet. De France Info au Figaro. Sans parler des rumeurs qui circulent. Notamment d’une intervention de Gérard Collomb auprès du metteur en scène pour que ce long-métrage soit tourné dans une autre ville. Enorme comme dirait Lucchini !
Trop tard. «Alice et le maire» campe dans Lyon depuis la fin du mois d’août. Et même si les autorisations de tournage à l’Hotel de Ville ont été annulées pour cause de «gène», l’équipe du film, Anaïs Demoustier et Fabrice Luchini, se sont rabattus sur un autre palais républicain : le conseil départemental, situé de l’autre coté du Rhône. Dans l’enceinte de la Préfecture. En espérant que ça ne gênera pas le préfet qui dépend directement d’un certain Gérard Collomb.
«Alice et le maire» sortira en salle au printemps prochain, juste un an avant les municipales. Et pas de doute, il fera un carton, du moins à Lyon. Il suffira d’ajouter au moment du générique de lancement : «Toute ressemblance avec une personne réelle…».

Nadège Michaudet