0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Nuit d’été avec Bon Iver

Bon Iver a délivré jeudi dernier aux Nuits de Fourvière un show en forme de synthèse, où il a balayé avec élégance l’ensemble de son répertoire, annonçant une nouvelle ère. Par Virgile Brouard, «Eclaireur de la Culture» pour mytoc.fr

Né d’une déception amoureuse, son premier album «For Emma, Forever Ago», sorti en 2007, avait propulsé le chanteur et musicien américain au Panthéon de l’Indie pop. Une folk boisée qu’il emmènera vers une pop plus sophistiquée à travers ses deux albums suivants pour lesquels il n’hésitera pas à faire usage de nouveaux procédés musicaux : sampling, vocoder… 

Les applaudissements en ouverture du concert en disent long sur l’attente du public, sept ans que Justin Vernon ne s’était pas produit au théâtre de Fourvière. Une attente récompensée par un live généreux, pensé en deux parties de 45 minutes. La première séquence fait la part belle à ses derniers albums, les plus arrangés, avec climax insistants et finals musclés. Cette quête vers toujours plus de grandeur musicale tend parfois à faire oublier l’évidente charge émotionnelle présente à ses débuts. La première partie se terminant néanmoins avec une très belle interprétation de «Holocene». 

Après 15 minutes d’entracte, le concert reprend pour une séquence plus organique, plus intimiste et touchante. Le set est plus fluide et cohérent, pour naviguer avec grâce dans sa discographie. L’inédit «Hey, Ma» se fond parfaitement au cœur de cette séquence annonçant un nouvel album à paraître en août chez Jagjagwar. 45 minutes qui s’achèvent sur un rappel, comme un point à rebours, «For Emma». Les spectateurs sont transis, conquis, un nouveau cycle commence, sans rien renier du passé.