0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Tout le monde en parle. En disant que c’est un film superbe. Léon, le plus jeune éclaireur de la Culture n’avait pas envie d’y aller. Mais il a craqué. Et il a aimé.

Plouf dans le bain !

A 14 ans, on n’a pas forcément envie de plonger dans «Le grand bain». Surtout quand on est amateur de planche à voile et de skate comme moi.
En gros, je vous raconte l’histoire. Du moins le début pour qu’il vous reste l’envie de découvrir ce film qui va faire un carton, bien sûr.
C’est donc l’histoire d’un mec, Bertrand père de famille, deux enfants, au chômage depuis deux ans. Classique ! Et il passe ses journées à rien foutre sur son canapé, à jouer à un jeu débile même pour moi, Candy Crush.
Un jour, il accompagne sa fille à la piscine du quartier. Et il tombe sur une annonce. Un groupe de natation synchro, que des hommes, recrute des volontaires. Et il téléphone. Le début d’une aventure. Là il se retrouve avec une dizaine de gars qui ne savent pas nager. Gros bide, poilu et tout blanc. Mais la vraie surprise c’est l’entraineuse. Delphine, tout en douceur. Une jeune fille qui a gagné des médailles, mais qui n’est plus rien. Devenue alcoolique elle vient de se faire larguer par son copain. Dépression. Du coup, c’est sa copine qui prend le relais. Amanda. Sa complice avec qui elle a conquis les podiums mais qui a eu un accident, désormais dans un fauteuil roulant. Une dure qui hérite de cette équipe de vieux. Et elle va les dresser. Pour en faire des winners. Objectif : les championnats du monde, tout simplement.
Au final, j’aime bien ce film. Un peu long quand même mais de l’humour. De sacrés dialogues et des sacrés acteurs. Notamment Philippe Katherine. Ils sont drôles les vieux. Et ils peuvent être touchants. Pas sérieux au fond, on dirait des jeunes !

Léon Sainto

«Le grand bain» de Gilles Lellouche avec Leila Bekhti et Virginie Efira, Guillaume Canet, Philippe Katerine, Benoît Poelvoorde, Jean-Hugues Anglade, Mathieu Amalric… Durée : 2h02.