0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Un manifeste du corps

Yuval Pick a imaginé une version jeune public de son célèbre «Act est fabula». Yves Le Pape, «Eclaireur de la Culture» pour mytoc.fr, a assisté à une des représentations.

Yuval Pick, directeur du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape, présentait samedi «Lil’Acta», une version jeune public de son célèbre «Acta est fabula», aux Echappées Belles, petite salle un peu perdue au fond d'une zone artisanale du 9ème arrondissement. Etonnante localisation quand on sait que ce spectacle a été joué en 2018 au Théâtre National de la Danse de Chaillot à Paris.
Si ce n'est pas sa durée, assez modeste, «Lil’Acta» n'a rien d'enfantin. C'est un spectacle de danse contemporaine qui se présente comme «un manifeste du corps, du mouvement et de la voix» sur le thème de «l'unisson». Une chose est sûre : on ne cherche pas à nous raconter une histoire. Le plaisir du spectateur se trouve dans la gestuelle très personnelle des artistes, en particulier la place donnée aux mains. Frémissements et vibration.
Les cinq danseurs sont jeunes, trois hommes et deux femmes. Plutôt athlétiques, les solos leurs permettent d’exprimer leur imagination. Et quand tout le groupe est sur scène, on sent bien que le chorégraphe a trouvé les interprètes à la hauteur de ses intentions. Il y a de la précision et de l'énergie dans ces moments. Mais aussi une coordination impeccable.
Un spectacle très physique. On entend le souffle des danseurs et le chorégraphe les fait aussi crier, accompagnant ainsi de leur voix la bande son qui rappelle des musiques de boîtes de nuit, hachées, découpées au même rythme que celui des danseurs.
Un spectacle qu'on aurait pu voir à la Maison de la Danse et qui confirme tout l'intérêt du travail fait à Rilleux.