0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Un zizi de trop

Trois femmes et un magot. De quoi faire un bon polar dans une ambiance Gilets Jaunes. Mais une scène fait basculer ce «Rebelles» dans la farce. Dommage.

Un car s’arrête sur une nationale, au petit matin. Une grande blonde descend, lunettes noires et veste panthère, en mastiquant son chewing-gum. Sandra retourne chez sa mère. Un mobile home à la périphérie de Boulogne sur Mer. Glauque. 

«Bienvenue chez les pauvres !»

L’ex-miss Pas de Calais finit par décrocher un boulot dans une conserverie de poissons. Et se retrouve entre Nadine et Maryline, à empiler des sardines. Un soir, le contremaitre drague la nouvelle dans les vestiaires. Il insiste, se prend une baffe, insiste encore, dégrafe son pantalon…

Jusque là tout va bien. De belles images, une ambiance. Et la pression qui monte. On se dit alors qu’on va avoir droit à un bon film. Avec ce trio de bras cassés qui va sans aucun doute se lancer dans une aventure absurde. 

Mais tout à coup, une scène, quelques secondes, fait basculer ce «Rebelles» dans la farce. D’un coup de pied, Sandra claque la porte de son box. Et le violeur s’écroule. Zizi coupé ! 

Quelques éclats de rire dans la salle, ponctués par de bonnes grosses blagues. Et c’est parti pour une heure et demie. Dommage car il y avait tout pour faire un bon polar. Avec une Cécile de France au sommet de la maturité. Et une belle intrigue : un cadavre qu’il faut faire disparaitre, un sac de billets et des voyous prêts à tout pour récupérer ce magot avec un flic ripou qui rode. Et surtout, trois femmes culottées qui mène la danse. 

Mais quel erreur ce zizi. Un détail qui donne le ton. Une grosse rigolade, bas de gamme. A voir quand même pour vérifier. Mais sans illusion. 

«Rebelles» d’Allan Mauduit avec Cécile de France, Yolande Moreau et Audrey Lamy. Durée : 1h27