0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Une belle saison anniversaire

La Maison de la Danse fête ses 40 ans. Avec une programmation exceptionnelle pour 2019-2020 présentée ce lundi matin : des grandes noms, des créations et des expériences.

36 compagnies internationales, 14 créations, trois temps forts et plusieurs moments festifs. Dominique Hervieu, directrice de la Maison de la Danse, a présenté la 40e saison de cette prestigieuse institution lyonnaise créée en juin 1980 par Guy Darmet. 

L’occasion de «célébrer toutes les danses» à travers plusieurs autres anniversaires : les 40 ans de carrière de la chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker, les 25 ans du cirque contemporain, les 50 ans du hip-hop, les 120 ans des claquettes américaines, les 20 ans de la compagnie Akram Khan, les 30 ans de carrière de Marie-Agnès Gillot… 

Toujours très enthousiaste, Dominique Hervieu, entourée de son équipe, a rappelé que la création et l’accompagnement des artistes étaient au coeur de son projet, depuis sa nomination il y a 8 ans. Un dispositif renforcé par le Pôle Européen de Création depuis 2016. 

Plusieurs artistes soutenus par la Maison de la Danse sont donc programmés cette saison. Comme Oona Doherty, «une Irlandaise qui explose sur les scènes du monde entier» et qui va présenter «Lady magma», avec cinq danseuses dans une ambiance seventies et funcky. Mais aussi La Horde qui réinterprète la danse traditionnelle géorgienne dans «Marry me in Bassiani». Et Amala Dianor qui vient pour la première fois en tant que chorégraphe avec «The falling stardust», pièce pour neuf interprètes. Ou la compagnie XY qui s’associe à Rachid Ouramdane, pour «une création très prometteuse», «Möbius».

Cette saison, beaucoup d’habitués et «amis» de la Maison : François Chaignaud avec «Romance inciertos» qui joue sur les figures masculines et féminines. «Le choc du dernier Festival d’Avignon», souligne Dominique Hervieu, avant de préciser : «C’est un artiste que j’aime beaucoup et que j’accompagne depuis longtemps». Kader Attou va également présenter sa nouvelle création, «Allegria». Le Lyonnais, actuellement directeur du CCN de la Rochelle, «rêve le monde pour que les spectateurs ressortent heureux». Adrien M et Claire B reviennent, quand à eux, avec «Acqua alta», très beau spectacle qui associe danse et numérique en proposant une expérience de réalité virtuelle. Autres habitués de la Maison, Les 7 Doigts de la Main, circassiens québécois qui ont imaginé un improbable voyage en train. Dans un autre style, Christian Rizzo met en scène Marie-Agnès Gillot du Ballet de l’Opéra de Paris, et Andrés Martin, grand nom du flamenco. Tandis que Denis Plassard, «le Lyonnais dont on ne peut pas se passer», a imaginé un Cluedo dansé géant. Une heure pour découvrir qui est coupable… Le Grenoblois, Jean-Claude Gallotta, reprend son «Homme à tête de chou», une romance tragique en plusieurs tableaux rythmés par les chansons de Gainsbourg et Bashung. Et Aurélien Bory a fait appel à la danseuse indienne Shantala Shivalingappa pour incarner la déesse Shiva. «Une oeuvre forte et poétique». Autre artiste bien connue du public lyonnais, «l’enfant terrible de la danse coréenne», Eun-Me Ahn qui revient avec un spectacle toujours aussi joyeux et coloré, «Nort Korea dance».

De grands ballets également : les Ballets Jazz de Montréal avec «Dance me» pour un hommage à Leonard Cohen, le Yacobson Ballet avec «Casse-Noisette», le Ballet de l’Opéra National du Rhin, «qu’on voit peu», pour les 130 ans de la naissance de Charlie Chaplin…

Et des stars comme Stomp qui reviennent dix ans après leur incroyable show lyonnais. Huit artistes qui utilisent des objets du quotidiens pour rythmer leur danse effrénée : poubelles, sacs plastiques, boites… Mais aussi le Cloud Gate Dance Theatre, compagnie emblématique de Taïwan. Pour son retour à Lyon après 20 ans, ils associent rites taoïstes et conte pour enfants. Et la Sao Paulo Dance Company dirigée par Ines Bogéa qui a confié trois pièces à trois chorégraphes. Sans oublier le Britannique Akram Khan avec «Outwitting the devil», création qui sera présentée dans la cour d’honneur du Palais des Papes au prochain Festival d’Avignon.

Quelques nouveautés pour cette 40e saison : des expériences sensorielles et numériques, le festival Les Utopistes qui quitte les Célestins pour la Maison de la Danse, des créations en cours ouvertes aux spectateurs, des «extras» gratuits pour échanger avec les artistes, s’initier à la danse…

Depuis sa création, la Maison de la Danse a accueilli 4,5 millions de spectateurs, dont 145 000 la saison dernière. Une belle histoire que Dominique Hervieu compte mener encore plus loin, notamment avec les futurs Ateliers de la Danse au Musée Guimet. 4 500 m2 entièrement dédiés à la danse et au cirque. Ouverture prévue en décembre 2021.

Photos, de haut en bas : «Chaplin» par le Ballet de l’Opéra National du Rhin, François Chaignaud dans «Romances inciertos», le Cloud Gate Dance Theatre et Stomp.