0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

Une jolie comédie !

Une pièce de théâtre couronnée par cinq Molière, qui a fait un malheur l’année dernière. D’où ce film, «Edmond», qui met en scène la création du fameux Cyrano il y a plus d’un siècle. Joué 20 000 fois depuis. Magique bien sûr !

Comoedia à Lyon, vendredi soir. Un public assez exigeant et le look culture qui va avec. Quelques rires timides au début. Puis la salle se lâche un peu, beaucoup… Des moments d’émotion aussi, des yeux humides, quelques «snif»… Et au final des applaudissements. Rare au cinéma. «Superbe !», lance un barbu.
Décembre 1997, un jeune écrivaillon tente de s’imposer sur la scène parisienne. Ses premières tentatives, «que des fours». Une épouse et deux enfants qui braillent…. Tout ça pour devenir intermittent !
Mais Edmond Rostand croise alors la grande Sarah Bernhardt, au sommet de sa gloire, qui lui présente Coquelin, comédien célèbre sur le déclin. C’est l’étincelle. «Tu vas t’assoir à ton bureau, prendre ta plume pour écrire un chef d’oeuvre. Au travail mon poète !»
Désemparé, il commence à gamberger dans une brasserie, à la recherche d’un sujet. Le patron, Honoré, un géant black, fin lettré et sacré caractère, va le faire basculer. Cyrano de Bergerac, évidemment : un rimeur amoureux qui va conquérir le coeur d’une jeune fille avec ses mots. En les mettant dans la bouche d’un bellâtre sans cervelle.
«Les femmes jouissent d’abord par les oreilles !», avouera Marguerite Duras, un siècle plus tard.
Edmond se lance dans l’aventure, en réunissant une petite troupe pour cette mission impossible : deux producteurs corses et proxénètes qui imposent la comédienne principale, une hystérique qui passera à la trappe, un régisseur acariâtre qui finira sur scène, un puceau pistonné qui se voit confier le rôle du méchant alors qu’il se rêve en gentil boulanger, une belle costumière amoureuse, sous le charme des alexandrins, qui va inspirer ce texte… Et Coquelin-Cyrano, le cabotin, en guerre avec la Comédie Française dont il a claqué la porte. Et qui va former un tandem formidable avec son pitoyable Don Juan. «Mon nez, ce promontoire…»
Reste le personnage qui porte cette comédie. L’auteur. Petit moustachu, pâlichon aux yeux noirs, qui, au fil de l’histoire, impose son autorité. Jusqu’à la première au Théâtre de la Renaissance devant un millier de spectateurs emballés par cette comédie à la fois simple et profonde. Ovations, alors que les frères Lumière présentent leurs premiers films et que l’affaire Dreyfus annonce le pire sous cette 3ème République corrompue.
Bien sûr, tout cela est romancé. Edmond Rostand n’a pas écrit en quelques jours ce monument du théâtre sur un coin de table dans un café. Et alors ? L’essentiel n’est pas là, mais de mettre en lumière les origines d’une création. Les doutes, la bataille d’égo, la tentation de renoncer… Et cette formidable énergie qui tient cette petite bande d’artistes.
En plus, passer du théâtre au cinéma, avec costumes et décors d’époque, c’était un sacré défi. Relevé avec talent par le jeune metteur en scène, Alexis Michalik, qui a choisi de jouer le rôle de Feydeau, le pape du théâtre qui, à l’aube du XXème siècle, impose ses boulevards. Et son mépris pour ceux qui ont le toupet de vouloir viser plus haut.
Près de heures mais on ne s’ennuie pas une seconde. Du rythme, des séquences vives, pétillantes, des comédiens parfaits… Et des répliques magistrales, notamment quand la supercherie est découverte par la belle qui soupire cet aveu de sa marionnette : «Je dois avoir une conversation avec mon génie».
Parfois c’est un peu lourding. Mais bon. Petite faiblesse sauvée par cette cette comédie qui a du sens, «du panache» dirait Cyrano.
Plus de 500 000 entrées en quelques semaines. Pas mal ! Mais cet Edmond mérite beaucoup mieux. Alors à vous de jouer ! Si vous êtes déçu, l’équipe de mytoc.fr vous remboursera votre ticket. A condition de justifier votre déception en quelques lignes. Pas facile !

«Edmond» d’Alexis Michalik avec Thomas Soliveres, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner, Tom Leeb, Lucie Boujenah… Durée : 1h50