0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

«Une totale liberté de création»

Trois jeunes artistes se sont emparées des planches de BD publiées par Claire Brétecher dans le Nouvel Obs dans les années 70. Première ce mercredi 9 janvier aux Clochards Célestes.

«L’intégrale des albums de Claire Brétecher nous a été offert par un proche. C’est comme ça qu’on a découvert son travail et qu’on a eu envie de le transposer au théâtre. Chaque semaine, de 1973 à 1981, une planche de cette BD satirique était publiée dans le Nouvel Observateur. Un succès énorme !
Elle met en scène des femmes vues par des femmes, sans être idéalisées, romantisées ou diabolisées. Des personnages très incarnées. Avec de la chair, du poil, de la cellulite… A l’époque, on ne parlait pas encore des bobos, mais cette artiste dresse le portrait de cette gauche soit disant engagée qui vit de façon bourgeoise. Une vision avant-gardiste. Comme ses planches sur l’avortement, publiées en plein débat sur la loi Veil. Toujours très drôles. Claire Brétecher ne donne jamais un point de vue personnel. Pas un regard militant mais un regard assez décalé et cynique sur la société.
C’est ce qui nous plait chez cette dessinatrice dont Roland Barthes disait qu’elle était «le sociologue le plus important de son temps». Ce qui est totalement vrai. Car ce qu’elle raconte nous parle encore aujourd’hui. La maternité, la féminité, la séduction, le rapport aux hommes…
Pour concevoir ce spectacle, on s’est replongé dans l’intégrale de ses albums pour sélectionner certaines séquences. Les deux comédiennes les ont lues à voix haute pour voir si les situations tenaient sans les images. Puis on s’est intéressé aux interviews de Claire Brétecher, les reportages sur elle, les portraits qui ont été réalisés… C’était une véritable star, rare femme à faire de la bande dessinée dans les années 80. Et on a essayé de restituer l’humeur des ces années là. Puis on a défini quelques thématiques : le rapport au corps, les enfants, la politique, les hommes… Ensuite, on s’est demandé comment on allait construire un espace, une scénographie. Et on s’est vite retrouvé coincé car dans ses dessins, il n’y a quasiment jamais de décor, juste une chaise, un canapé ou une table. On a donc fait appel à une dessinatrice pour habiller l’espace. Mais pas question d’utiliser les dessins de la BD. Trop facile ! Marthe Péquignot a donc travaillé avec nous pour concevoir des illustrations qu’on projette sur scène. On a essayé de la détendre, de l’inciter à mettre sa patte pour éviter de copier le style Brétecher. D’ailleurs, elle a très rapidement arrêté de regarder ses dessins pour ne pas être trop influencé. Et le résultat est top !
Sur scène, les deux comédiennes discutent, comme si une planche répondait à une autre. Au total, on a sélectionné une vingtaine de planches. On a informé Claire Brétecher de notre initiative ainsi que les éditions Dargaud qui l’édite. Ils nous ont laissé une totale liberté de création. Et on espère qu’elle viendra, un jour, voir le résultat.»

Heidi-Eva Clavier, Anne-Laure Gofard et Pauline Vaubaillon

«Les frustrées» mis en scène par Heidi-Eva Clavier. Avec Anne-Laure Gofard et Pauline Vaubaillon. Du 9 au 14 janvier au Théâtre des Clochards Célestes. Durée : 1h10.
Crédit photo Antonin Verrier