0
Plateforme pour la culture / Lyon-région

17 spectacles à découvrir du 31 mai au 9 juin. Pour sa quatrième édition, le Festival de cirque Les Utopistes et son fondateur Mathurin Bolze souhaitent «mettre en avant des artistes dont le travail nous bouleverse, nous choque, nous fait réagir…». Magie, acrobaties, jonglage, roue-cyr… Mais aussi de nombreux ateliers : initiation au cirque, théâtre, clown. Sans oublier un stage d’écriture avec mytoc.fr pour apprendre à chroniquer un spectacle !

Utopistes, le cirque envahit la ville

Nos chemins - Le 2 juin au parc de Beauregard à Saint Genis Laval.
«Pan-pot», «Dans les plis du paysage»… Le collectif Petit Travers enchainent les succès depuis 2003. Huit créations et plus de 1 200 représentations dans le monde ! Installée à Villeurbanne, cette troupe de jongleurs est dirigée par Nicolas Mathis et Julien Clément. Pour les Utopistes, ils ont imaginé un show au parc de Beauregard à Saint Genis Laval. Musiciens et jongleurs s’emparent de cet immense espace en plein air et évoluent au milieu des jardins à l’Italienne du 16e siècle, des fontaines, arbres et ruines. Des petites formes courtes proposées aux spectateurs sous forme de voyage dans le temps. A découvrir en famille. A signaler : l’école de cirque de Lyon propose des ateliers parents-enfants pour s’initier aux portés acrobatiques. Entrée libre à 15h et 17h. Mais inscription indispensable sur utopistes@mpta.fr

Le pas grand chose - Les 1er, 2 et 3 juin à 20h aux Célestins.
Utopiste Johann Le Guillerm ? Certainement. Dans ce spectacle présenté sous forme de
conférence, l’artiste formé au Centre National des Arts du Cirque tente de repenser le monde.
Et de faire tomber tous ses a-priori. Face au public, il livre ses recherches et mène des
expériences surprenantes. Un sacré défi pour Johann Le Guillerm qui prend la parole après
15 ans de cirque muet. Et qui quitte pour la première fois son chapiteau pour jouer sur un
plateau de théâtre.

Santa madera - Les 5 et 6 juin à 20h30 aux Célestins.
Sur la scène des Célestins, deux artistes virtuoses de la roue cyr.
Stefan Kinsman est né en Suisse mais a grandit au Costa Rica où il s’est formé au jonglage
puis à la musique avant de découvrir la roue cyr à Turin puis au Centre National des Arts
du Cirque de Chalons en Champagne. C’est là qu’il rencontre Juan Ignacio Tula.
Cet Argentin a débuté dans la musique underground puis la danse avant de bifurquer,
lui aussi, dans la pratique de la roue cyr. Ensemble, ils ont imaginé «Santa madera».
Un spectacle inspiré des traditions de peuples indigènes en Amérique du Sud, qui, lors de
leurs rituels, utilisaient du bois sacré pour chasser les mauvais esprits et célébrer les liens
fraternels unissant leur communauté. Durant une heure, les deux acrobates évoluent sur
une scène recouverte de terre brune et s’interrogent sur les religions, l’identité et la
multiculturalité. Un show intense et envoutant qui avait séduit le public des Nuits de Fourvière
en 2017. Accessible dès 6 ans. A signaler : une rencontre avec l’équipe artistique
est prévue après la représentation le 6 juin.

Ningunapalabra - Les 5 et 6 juin à 19h aux Célestins.
Josefina Castro et Daniel Ortiz se sont rencontrés à Buenos Aires en Argentine.
Entente immédiate qui les conduit à travailler ensemble le«cadre aérien», des exercices de
voltiges impressionnants. Après s’être produits en Amérique du Sud, ils rejoignent
l’Europe pour de nouvelles rencontres et découvertes artistiques. Repérés par le Théâtre
Monfort à Paris, ils signent leur première création, «Ningunapalabra», «pas un mot».
Sur scène, les deux artistes interrogent le rapport à l’autre dans un espace réduit de
seulement 2m2. Un moment intense et plein de poésie à partager en famille avec
des enfants dès 6 ans.

Dad is dead - Les 7 et 8 juin à 20h aux Subsistances.
«Bousculer les frontières». C’est le pari réussi de Mathieu Despoisse et Arnaud Saury.
Juchés à deux sur un même vélo pendant 35 minutes, le duo s’interroge sur l’identité sexuelle
et le militantisme. Ils sont jumeaux, l’un est homo, l’autre hétéro. Une discussion à bâtons
rompus très drôle. Et un humour vraiment décalé. Le tout associé à une véritable
performance acrobatique. A découvrir aux Subsistances à partir de 12 ans.

Ouïe - Les 1er et 2 juin à 20h30, le 3 juin à 18h au TNG - Les Ateliers.
Les clowns Ludor Citrik et Le Pollu vont tenter de faire taire le vacarme de notre monde. A grand renfort de pitreries, ils circulent dans les rangs pour imposer le silence. Un spectacle drôle, à partir de 10 ans, qui interroge la saturation sonore quotidienne.

Gus - Le 6 juin à 15h et le 9 juin à 17h au Théâtre Nouvelle Génération de Vaise.
Sébastien Barrier est un « tchatcheur », un poète écorché vif. Il entraine le public à la rencontre de son chat dépressif, un peu barjot, pas vraiment cool, « limite dangereux ». Mais à travers ce chat qu’on apprend à connaître et à aimer, n’est-ce pas l’artiste qui se dévoile à notre insu ? Probablement, à en croire Mathurin Bolze, organisateur du festival : « Plusieurs spectacles sont des portraits suggérés d’utopistes, des manières de parler des gens qui les fabriquent, de se livrer ».

Floe - Deux représentations par jour le long de la Saône les 6, 7, 8 et 9 juin.
Au cœur de cette collaboration entre l’artiste plasticien Vincent Lamouroux et l’acrobate Jean-Baptiste André se trouvent les « floes », ces fragments de glace flottant sur la mer. Un projet qui met en scène un homme qui se mesure à cet étrange relief, tente de le traverser. Rencontre d’un corps et d’un espace. Un spectacle empreint de poésie et de délicatesse qui donne à voir tour à tour ascension, chutes, mais aussi suspensions et glissades. Pendant quatre jours, des représentations gratuites seront données en bord de Saône sur plusieurs lieux, de l’Île Barbe à la Confluence.

Soirée d’ouverture Le 31 mai à 20h sur la place des Célestins.
Des artistes venus de tous horizons se rassemblent sur la place des Célestins pour une création in situ qui lance cette édition 2018 des Utopistes. Parmi eux, on retrouve notamment le clown Ludor Citrik, des acrobates, Vincent Segal et Lionel Suarez qui les accompagneront en musique. Mais aussi Bonnefrite, qui repeint les couloirs du métro pendant le festival et qui sera là avec toute sa bande… Tout ce beau monde invitera le public à les suivre à l’intérieur du théâtre pour poursuivre la représentation. Une soirée d’ouverture qui sera « l’addition des présences de pleins d’artistes », selon les mots de l’organisateur : «Certains qui sont déjà venus sur les éditions précédentes, d’autres qui seront là pour la première fois, et d’autres qui ne seront là que ce soir-là… Donc à ne pas louper ! C’est festif, c’est du bricoler pour l’occasion, et c’est gratuit !»

Les premières pistes - Le 9 juin à 17h à la Maison de la Danse et à 19h au Théâtre de la Croix-Rousse.
Juan Ignacio Tula et Karim Messaoudi clôtureront ce festival en proposant le fruit de leur exploration artistique lors d’une carte blanche offerte pas Mathurin Bolze : « Je leur propose de partir de leurs propres aventures. Ça peut être n’importe quoi : une étape de création d’un spectacle, ou alors une forme finie, comme le fait Karim avec trente minutes d’une prestation dans la peau d’un homme qui ne sais plus ce qu’il est : un amnésique, un mort, un robot… ? Juan lui, adopte un principe de rotation sur lui-même avec une roue-cyr, et développe vingt-cinq minutes d’une spirale infinie, épuisante, jusqu’à la perte de conscience. Une forme courte. »

Les ateliers d’initiation - Le 2 juin à 15h et 17h au Parc de Beauregard, Saint-Genis-Laval.
Des intervenants issus de l’Ecole de Cirque de Lyon dirigent des ateliers d’initiation au cirque : parents et enfants pourront apprendre à réaliser de spectaculaires portés acrobatiques ! Entrée libre. Inscription indispensable sur utopistes@festival-utopistes.fr ou au 04 78 39 14 84.

mytoc.fr s’associe avec le Festival Utopistes et propose aux spectateurs un atelier d’écriture pour apprendre à écrire une chronique de spectacle. Objectif : développer une écriture ouverte et sensible pour rendre la culture accessible à tous. Accompagné par un journaliste de la plateforme culturelle, les participants rédigeront une chronique du spectacle Santa Madera. Vos textes seront ensuite publiés sur le site mytoc.fr. A destination des détenteurs d’un billet pour le spectacle Santa Madera, le 6 juin au Théâtre des Célestins. En prime, les participants repartiront avec une Carte Découverte mytoc donnant droit à 2 places de spectacle et 2 invitations à des séances cinéma ou des expositions. Lundi 4 juin de 18 à 20h sur la péniche mytoc, amarrée en bord de Saône au 12 Quai Maréchal Joffre. Inscription indispensable sur utopistes@festival-utopistes.fr ou au 04 78 39 14 84.